Créer un site internet

Les géoressources minières du Sud-Kivu

Auteur : AGISHWE MAKELELE Noah (Bureau d’Etude Géologique et Environnementale en RDC, BEGE-RDC)

Cet article est une synthèse d’une présentation qui a été faite en date du 19 Mars 2016 au campus d’IBANDA de l’Université Officielle de Bukavu (UOB) dans le cadre d’une conférence organisée par le BEGE-RDC pour célébrer la Journée de Science de la Terre en Afrique et au Moyen Orient (DESAME, 2016) à Bukavu.

Pour télécharger  en version PDF cet article et d’autres qui sont paru dans notre journal pour la promotion des géosciences, Le cahier du bege-rdc, Nº1, Mars 2016 cliquer sur ce lienhttp://www.lecahierdubege-rdc.e-monsite.com

 

La province du sud Kivu recèle plusieurs substances minérales. Il s’agit principalement des gisements des métaux du groupe de l’étain et éléments associés (étain, tungstène, niobium, tantale, terres rare), l’or, l’argent, le platine, le cuivre, le titane, le fer,…

 

La province du Sud-Kivu tire son privilège par son appartenance à la chaîne kibarienne. Cette chaîne a été définie dans le mont Kibara (Katanga) où elle est considérée comme une bande orientée NE-SW et s’est étendu du Katanga jusqu’au Burundi, au Kivu et au Rwanda puis en Tanzanie et en Ouganda. A l’Ouest du Congo, cette chaîne est représentée par le mayumbien qui s’étend depuis l’Angola au sud jusqu’au Gabon au Nord. Cette chaîne est l’une des plus étendues en Afrique centrale et orientale (plus de 2000km pour son segment allant du Katanga jusqu’au lac victoria en incluant évidemment le Sud Kivu). Elle est intéressante pour avoir recelé une multitude des gisements métallifères lui conférant une grande importance économique. A titre illustratif, on peut citer le métaux du groupe de l’étain et les métaux précieux.

 

Les métaux du groupe de l’étain (Sn, Nb, Ta, Be,  Li, W) se trouvent dans le Kibarien, Mésoprotérozoïque. Les gisements et indices du groupe de l’étain (étain, wolframite, coltan, béryl, terres rares) sont localisés dans la partie Est du Congo où ils forment une ceinture s’étendant sur 700 km, de l’Ituri au Nord à l’extrémité Ouest de la ceinture du cuivre du sud. Le gîte détritique stannifère de Busanga a été le premier à être découvert en 1905 tandis que le premier indice de cassitérite a été découvert en 1926 dans la rivière Zalya à Kamituga.

 

Au Sud Kivu les zones de production des métaux du groupe de l’étain se répartissent dans les localités ci-après : Mwanza, Kamituga, Kitutu, Shabunda, Lulingu, Lugushwa, Kalehe, Nzibira, Nzuvu. Le groupe  des métaux précieux est dominé par l’Or et Argent.  Dans le Kivu les métaux précieux sont concentrés dans le kibarien sous forme d’intrusion pour la plupart de cas. Le synclinorium d’Itombwe d'âge Néoprotérozoïque recèle aussi des indices important en ces métaux.

Les gisements primaires et indice d’or de la chaîne kibarienne  et du synclinorium d’Itombwe semblent être subdivisés en 2 groupes: le groupe des minéralisations aurifères liées aux leucogranites qui comprend les gisements de Namoya, Twangiza, Mobale à Kamituga et le groupe des minéralisations auro-platinifères qui sont liés aux granodiorites et diorites quartzitiques recoupant la base des formations Metasedimentaires kibariennes et contenant des sulfures (pyrite, pyrrothine et chalcopyrite) auxquels est associée la minéralisation auro platinifère.

 

Des indices de minéralisations  ferrifères et cuprifères encaissés dans les schistes graphiteux sont présents dans le secteur de Kaziba (principalement dans le basssin versant de la Luzinzi). Notons aussi l’existence des indices de plomb dans le secteur de Kamituga  qui se retrouvent sous forme de sulfure (galène) encaissés dans les quartzites du secteur de D3 Mobale.

 

On retrouve aussi des gisements de placers, des pierres précieuses (tourmaline par exemple) et des matériaux de construction. S’agissant des matériaux de construction, on  retrouve dans le Sud-Kivu les produits volcaniques dans l’air volcanique de Bukavu, et la province volcanique de Mwenga Kamituga, les calcaires (à Katana, Burhinji, Kitutu, …), le marbre d’Ibinja, le sable sur l’Ile d’Idjwi, les quartzites et grès dans les formations précambriennes (Par exemple à Nyangezi et Kaziba, quartzite plate de Katana), les argiles utilisées dans la production de brique (Cas du secteur de Nyangezi, Kaziba).

Perspective de valorisation de ressources géologiques du Kivu

Bien que dotée des ces géoressources évoqués ci haut, la province du Sud-Kivu reste sous développée. Le véritable défis et de savoir « comment convertir le potentiel minier de la RDC en développement économique durable» à l’instar d’autres pays du monde (i.e Australie, Canada, Afrique du Sud) qui se sont développés grâce à leurs ressources géologiques? La réponse est de transformer les potentialités géologiques en ressources disponibles par des travaux d’Exploration, d’Exploitation, de Traitement, de Transformation et de Commercialisation. En outre, il faudrait  procéder à l’élaboration et la mise en application d’un plan minier avec comme objectifs:

Dresser un état des lieux des gisements et des indices connus des substances minérales

 Planifier des projets de mise à jour de la carte géologique accompagnés de programmes de prospection générale

Planifier le développement de l’industrie minière nationale sur la base de l’inventaire des gîtes de substances minières

Conclure des partenariats en utilisant des négociateurs compétents afin de sauvegarder les intérêts de la nation

Mise sur pied d’un programme prévisionnel des revenus financiers escomptés provenant de l’industrie minière ainsi que son impact sur les plans Socio-économique et infrastructurel;

Programmer l’implantation progressive des industries de transformation des produits miniers en biens manufacturés

Restructurer, équiper les structures devant intervenir dans les différents domaines de la valorisation des ressources minières;

 Renforcer les capacités des institutions d’enseignement et de recherche dans les différents domaines de l’industrie minière afin de les adapter aux besoins du développement de ce dernier

Publier régulièrement les données nouvelles en rapport avec le potentiel minier de façon à attirer les investisseurs dans ces domaines

Accorder des garanties internationales efficaces aux investisseurs afin de les sécuriser

La plupart de ces travaux incombent à l’Etat congolais mais les entreprise privées ont aussi un rôle à jouer. C’est ainsi  que le BEGE-RDC essaye d’apporter sa pierre à l’édifice en étant au service des organismes et des particuliers ayant besoin d’une expertise particulière dans ses  domaines d’intervention.

REFERENCE (Voir page 12)

 

Ajouter un commentaire