Créer un site internet

Guide pratique de sensibilisation sur les risques majeurs en rdc livre

Le risque volcanique, risque limnique et risque sismique dans le Kivu (RDC)

Les risques volcaniques, les risques sismiques et les risques limniques font partie de l’héritage géologique du Kivu en RDC. Ils sont intimement liés au contexte du rifting dans la branche occidental du rift est africain. Nous présentons ici un aperçu sur ces risques.

Risque volcanique dans le Kivu

La région du Kivu est située dans la partie occidentale de la région du rift africain. Dans cette région, il existe certains risques environnementaux liés au rift, parmi ces risques on peut citer l'activité volcanique active. Il y a deux volcans actifs dans la région du Nord Kivu. Le volcan des Virunga et le volcan du Nyiragongo. Ces volcans sont situés dans le parc national des Virunga et constituent une menace permanente pour la population vivant dans la ville de Goma. L'activité récente du Nyiragongo s'est produite en mai 2021 et a causé la mort de plus de 30 personnes et le déplacement de milliers de personnes dans les villes voisines de Bukavu et Gisenyi (Rwanda). Une autre éruption du même volcan a émis 14-34 × 106 m3 de lave à partir de fractures sur ses flancs sud. La ville voisine de Goma a été inondée par deux coulées de lave, qui ont provoqué d'importantes perturbations socio-économiques et entraîné la mort de plus de 200 personnes et laissé près de 120 000 personnes sans abri en 2002 (Tedesco, et al., 2007, Nayar, 2009). Ce volcan est dangereux car sa chambre magmatique communique avec des fractures qui traversent la ville de Goma. Au-delà de la coulée de lave, il y a également émission ou émanation de gaz (CO2 et CH4) et émission de cendres qui constituent un danger pour la population vivant dans la ville de Goma. Ces émissions constituent une menace permanente pour la population car elles peuvent provoquer des maladies pulmonaires chez les gens. Il y a également un problème lié au gaz volcanique qui s'échappe par la fracture. Parfois, ce gaz, principalement du CO2, s'accumule et se concentre dans une zone localement appelée Mazuku et constitue une menace permanente pour les personnes et les animaux. Les coulées de lave ont conduit à la destruction d'habitations et d'infrastructures. Il est donc nécessaire de surveiller l'activité de ces volcans et d'inventorier la fracture dans la ville de Goma afin de prévenir la population du risque volcanique dans cette région. L'Observatoire Volcanologique de Goma est l'institution qui a cette mission. Cependant, lors de la dernière éruption du Nyirango en mai 2021, il n'a pas eu de mission en raison d'un manque de soutien financier du gouvernement pour surveiller l'activité du volcan.

Risque sismique dans le Kivu

Un autre risque naturel qui est associé au rift dans la région du Kivu est le tremblement de terre. Les tremblements de terre sont un risque permanent dans la région du Kivu et ils sont liés à l'activité du rift. Le tremblement de terre a également un impact sur les personnes et les infrastructures de la région. Par exemple, une série de tremblements de terre qui s'est produite près de la ville de Bukavu et Cyangugu (Rwanda) le 3 février 2008 avec une magnitude de 5,9 (d'Oreye et al. 2011), a causé la mort de 3 personnes, occasionné les blessures de 542 personnes, et la destruction de 3.465 habitations. Il s'agit du deuxième plus grand tremblement de terre jamais enregistré dans le bassin du Kivu, une section de la branche occidentale du rift est-africain (EAR) (d'Oreye et al. 2011). Cet exemple illustre l'impact de ce risque sur la population. Il est donc urgent de mettre en place des mesures de préparation aux catastrophes dans cette région afin de réduire l'impact de ce risque sur la population.

Le risque limnique dans le Kivu

Le lac Kivu se trouve dans la vallée du Grand Rift, où les forces tectoniques déchirent lentement l'Afrique. Le lac Kivu, en Afrique, contient de grandes quantités de gaz, ce qui le rend à la fois dangereux et précieux. Le lac contient 300 kilomètres cubes de dioxyde de carbone et 60 kilomètres cubes de méthane (Nayar, 2009). Ce dernier gaz peut constituer une source de production d'énergie comme le démontre une centrale électrique expérimentale installée au Rwanda et qui est alimentée par le méthane du lac Kivu. Cependant, il existe un risque d'éruption limnique du gaz contenu dans le lac Kivu si la couche du manque d'eau est perturbée. Une éruption similaire s'est produite dans le Lac Nyos au Cameroun en 1986 (Kling et al 1987). Il est important d'effectuer une surveillance permanente du gaz contenu dans le Lac Kivu afin de prévenir les populations de Goma, Bukavu et Gisenyi du danger que représente le gaz contenu dans le Lac Kivu.

Référence

  • d’Oreye, N., González, P. J., Shuler, A., Oth, A., Bagalwa, L., Ekström, G., ... & Fernández, J. (2011). Source parameters of the 2008 Bukavu-Cyangugu earthquake estimated from InSAR and teleseismic data. Geophysical Journal International184(2), 934-948.
  • Kling, G. W., Clark, M. A., Wagner, G. N., Compton, H. R., Humphrey, A. M., Devine, J. D., ... & Koenigsberg, E. J. (1987). The 1986 lake nyos gas disaster in cameroon, west Africa. Science236(4798), 169-175.
  • Nayar, A. Earth science: A lakeful of trouble. Nature 460, 321–323 (2009). https://doi.org/10.1038/460321a
  • Tedesco, D., Vaselli, O., Papale, P., Carn, S. A., Voltaggio, M., Sawyer, G. M., ... & Tassi, F. (2007). January 2002 volcano‐tectonic eruption of Nyiragongo volcano, Democratic Republic of Congo. Journal of Geophysical Research: Solid Earth112(B9).

Risque naturel

Ajouter un commentaire